Mercredi 18 janvier 2012, 10h. Bettilou, c'est insensé, est radieuse à l'idée de retrouver l'hôpital. Je m'interroge, j'essaie de comprendre comment ce lieu de misère(s) peut déclencher joie et impatience, à l'instar du mot "cirque" ou  "manège" chez un autre enfant...Bizarre. Il est vrai que du plus loin qu'elle se souvienne, le plus ancien lambeau de souvenir, la plus petite parcelle de mémoire est pour le moment hospitalière, et ce depuis ses 23 mois . 

11h, Salle de jeux. La magie opère. Les bénévoles en blouses roses sont là et youpi, la salle est ouverte. Daniel, l'éducateur jeunes enfants, n'a pas encore trouvé le don d'ubiquité et il se partage entre le 2ème étage qui abrite transitoirement l'hôpital de jour, le 4ème qui reste le secteur hospitalisation, le 5ème oncologie qui a perdu son éducatrice jeunes enfants, et le 3ème qui est le secteur des greffes. Dans la nouvelle salle de jeux, il y a une jolie table vert pomme, des chaises de couleur, des jeux, des livres, des poupées, des sourires et des mains tendues. Moi à cette salle je donne le tripe AAA ++. Bon sang que font les agences de notation ?

Pendant ce temps, nous les parents, on  patiente dans le couloir et on a retrouvé de vieux copains : Théo qui resplendit, son papa aussi à la perspective d'en finir avec les petits comprimés-compagnons qui nous poursuivent depuis ...3 ans, pour Théo c'est l'affaire d'une dizaine de jours.

11h15 on croise Vincent, le praticien hospitalier, celui qui nous a reçu dans son bureau le jour de la bombe H, il y a deux ans et demi. Tiens vous voilà ? Interroge-t-il surpris. Oui pour la dernière ponction lombaire, sourires sur les visages, "Tout arrive" conclue-t-il.

11h30 Valérie notre divine 'infirmière aux doigts de fées, a piqué, surpiqué comme une dingue de 22h à minuit après une journée de labeur dans les pattes, les devoirs des enfants à superviser, le reste de la maisonnée à enchanter etc, elle a fait vrombir sa machine comme une ferrari pour que ce matin la journée de Bettylou démarre comme une fête. Bettylou découvre d'abord un joli paquet argenté avec une petite marguerite sur le dessus et la griffe "parfum du ciel" qui promet quelque merveille. En effet : à  l'intérieur une jolie robe-tunique se dévoile, un trésor parfait qu'elle ne quittera plus (voir photos à l'école, trop hâte de la montrer aux copines). On voudrait échanger, discuter, bavarder  mais Valérie virevolte car aujourd'hui (ou peut-être tous les jours maintenant) c'est la grande bousculade : il y a des enfants partout, des enfants malades, des enfants à perfuser, des bras à piquer, des salles à préparer et Valérie est insaisissable, il faudra ABSOLUMENT partager un moment loin de l'hôpita, c'est promis.

12h Bettilou tousse et retousse mais promet d'arrêter de peur qu'on ne lui sucre la ponction lombaire et surtout, je soupçonne, les quelques minutes d'euphorie qui précèdent par l'effet du masque enthonox. Pas folle la guêpe.

12h30 le plateau est servi mais nous tentons de l'ignorer superbement malgré le petit ventre qui gargouille, direction la radiologie. J'enfile une blouse anti-plomb aubergine pour accompagner Bettilou devant l'imposante machine et je lui explique que c'est indolore, il faut juste ne pas bouger. Clic clac, la photo est dans la boîte. Bettilou me félicite : tu étais trop belle avec ta jolie robe ! Si je lançais une nouvelle mode ?

13h Nous revoilà. Le plateau est maintenant sur le lit, mais feignons encore de ne pas le voir. Valérie donne l'autorisation et Bettilou goûte à tous les plats et se sustente, même les plus insipides, devant la mine dégoûtée de l'ado qui partage sa chambre, je la comprends. Pour Bettilou l'essentiel c'est le plateau, et toutes ces petits choses qui l'agrémentent. Qu'importe le parfum, pourvu qu'on ait l'ivresse.

13h15 La chimio est arrivée. La photo des petits poumons est parfaite. La dernière ponction lombaire aura donc  lieu et quand je retrouve Bettilou, quelques achats plus tard pour fêter son courage, celle-ci est sur son lit et...montre ses fesses à l'objectif !

14h30 Pour la recherche, Bettilou doit donner un peu de son sang. Pas de problème pour elle grâce au patch, elle raconte pendant ce temps à l' infirmière,  qu'elle adore l'école car elle y a un amoureux, Aurélien. Et puis nous  bavardons et nous bavardons et l'infirmière oublie ...cinq tubes (une saignée). Il faut repiquer mais Bettilou tend sagement le petit bras et à chaque passage n'oublie pas de se faire offrir un bonbon. 

16h30 Nous sommes au parc de Gémenos et Bettilou s'ennivre de manège, s'étourdit de tours et de tours, de chevaux de bois, de camions de pompiers sous un soleil radieux mais peu ardent. Elle décompense. 

Jeudi 19 janvier : Les résultats sont bons et bye bye l'hôpital de jour. Dans trois mois nous retournerons à l'hôpital pour les consultations, au 3ème étage maintenant,  nous sommes enfin admis dans la cour des grands. Pour patienter, nos compr-agnons nous suivront encore un petit bout de chemin...

 

Picnik collage1

Picnik collage2

Picnik collage3

Picnik collage4